Société

Sa page Facebook rassemble plus de monde que celles des journaux d'information de l'Union des Comores. Pourtant, c'est sur un ton décalé et satirique qu'il commente l'actualité du pays et de sa diaspora. Altwawn a une cible privilégiée : les hommes politiques. Mais tout le monde en prend pour son grade. Au plus grand bonheur des abonnés qui y voient là un exutoire pour fustiger la gestion du pays.

Catégorie : Société
Publication : vendredi 23 février 2018

Cela va faire 3 ans maintenant que leurs vidéos et sketches font le tour de Mayotte et de sa diaspora. TV Mafoumbouni est une bande de joyeux lurons qui a choisi de dénoncer les travers de la société mahoraise avec humour. Mais attention, ils n’y vont pas par quatre chemins, nos politiciens peuvent en témoigner.

Catégorie : Société
Publication : vendredi 23 février 2018

Rire est bon pour la santé. C’est en tout cas ce que nous ont dit les humoristes que nous avons rencontré à Mayotte. Toutefois, ils admettent que faire rire n’est pas donné à tout le monde. Mais cela nécessite surtout un préalable : l’analyse presque sociologique du phénomène que l’on veut utiliser pour faire rire, y compris ici à Mayotte.

Catégorie : Société
Publication : lundi 5 février 2018

À Mayotte, comme ailleurs, l’humour est présent au quotidien. On rit de tout, surtout de nos politiciens. D’ailleurs, le rire est souvent employé pour oublier nos soucis quotidiens. Mais pour les humoristes, il doit servir à dénoncer les injustices, les dysfonctionnements de notre société. Pas forcément évident dans une île où tout le monde se connaît.

Catégorie : Société
Publication : lundi 5 février 2018

Samir* est un passeur. Il pilote une barque en polyester surnommée kwassa pour faire entrer illégalement des candidats à l’exil à Mayotte. Mais aussi un homme d’affaires avisé qui applique avec rigueur la devise « Time is money » (le temps, c’est de l’argent). Il a fallu négocier dur pour qu’il accepte de raconter son quotidien. Une vie qui selon lui ne fait que répondre aux aspirations de ses passagers. Une vie à jouer avec les lois de deux pays, mais qui lui permet de s’en sortir confortablement, même s’il s’en défend. Rencontre avec un homme qui assume ses actes.

Catégorie : Société
Publication : mardi 16 janvier 2018

Partir, quitter leur pays, c’est ce qu’ont en tête de nombreux Comoriens. La situation économique et sociale est difficile. Et même si ces derniers mois, il y a eu de timides améliorations, pour eux, les rêves les emmènent ailleurs. L’espoir n’est plus de mise, alors que pourtant, les Comores possèdent quelques atouts.

Catégorie : Société
Publication : mardi 16 janvier 2018

Comment jouer son rôle de radio de proximité avec des moyens limités ? C’est le défi que remplit tous les jours la radio Domoni Inter. Une radio associative qui essaie tant bien que mal d’informer, d’éduquer et de traiter de tous les sujets de société et notamment les dramatiques départs en kwassa vers Mayotte de nombreux migrants originaire des Comores ou venu d’ailleurs. Une radio qui fait le lien entre ceux restés au pays et ceux qui sont partis étudier ou chercher une vie meilleure dans les quatre coins du globe.

Catégorie : Société
Publication : mardi 16 janvier 2018

Il n’est pas un jour ou presque où l’on ne parle des kwassa à Mayotte. Ces frêles embarcations en plastique défient les flots entre l’île d’Anjouan avec à leur bord de nombreux candidats à l’eldorado mahorais. Des personnes qui fuient la misère comorienne, malgache, de l’Afrique des Grands Lacs, voire même de la Syrie ou du Bhoutan et qui risquent leur vie dans des embarcations qui font souvent naufrage entre le bras de mer qui sépare ses deux îles de l’archipel des Comores. Et qui en font un véritable cimetière marin.

Catégorie : Société
Publication : vendredi 12 janvier 2018

Il y a des moments où la politique n’interfère pas dans la vie des Mahorais. Un mot a été sciemment effacé du vocabulaire des Mahorais. Archipel.

Catégorie : Société
Publication : vendredi 28 juillet 2017

Jamais la salle du cinéma Alpa Joe n’aurait accueilli autant d’hommes en boubous et koffias, tous venus assister à la conférence sur l’islam, signe que les Mahorais sont aussi dans l’interrogation de la pratique de cette religion.

Catégorie : Société
Publication : mercredi 26 juillet 2017